Genévrier Agrandir

Genévrier

Genévrier

nom Latin : JUNIPERUS

Les tanins que les baies contiennent forment une épice appréciée par certains car elle facilite la digestion des gibiers et viandes grasses et relève la choucroute et le fumet de poisson.

Les baies entrent aussi dans la composition de l'alcool de genièvre, et dans celle du gin anglais et de l'aquavit.


Plus de détails

  • Sachet 100 g. biodégradable BIO* Qualité Supérieure

7,50 €

4 Other products in the same category

Le genre botanique des genévriers, nom scientifique Juniperusfamille des Cupressacées, comporte un grand nombre d'espèces, des variétés « rigides » aux aiguilles piquantes et des variétés « souples » au feuillage en écailles.

D'origine américaine, asiatique, africaine et européenne, cet arbre atteint couramment 4 à 15 m de haut dans la nature, et même 25 à 30 m pour certaines espèces. Il supporte les sols pauvres, éventuellement très calcaires (il est souvent associé aux coteaux calcaires en France), sablonneux et secs, jusqu'à 4 500 m d'altitude.

Certaines espèces de genévrier peuvent vivre plus de 1 000 ans.

Origine du nom : du latin juniperus, lui-même étymologiquement peu clair. Une hypothèse le ferait venir du celte gen (« buisson »), et prus (« âcre »)[réf. nécessaire]. Selon une autre hypothèse1 le nom se composerait des mots latins 'junior' (plus jeune) et 'parere' (apparaître) en référence au fait que deux générations de baies existent en même temps (les plus jeunes apparaissent avant que les baies mûres tombent).

Caractéristiques botaniques

Le genre Juniperus est caractérisé par des cônes très particuliers, appelés « galbules », comportant des écailles plus ou moins complètement soudées entre elles. Beaucoup d'espèces sont dioïques, au printemps, les pieds mâles portent des petits cônes à l'aisselle des feuilles de l'année précédente. Les trois ovules, à l'aisselle des écailles supérieures du rameau, émettent une goutte micropylaire captant le pollen.

Les fleurs se présentent sous la forme de très petits chatons à l'aisselle de feuilles vers le milieu de jeunes rameaux.

Les feuilles caractérisent deux sortes de genévriers :

L'écorce est filandreuse grise brunâtre. Les branches partent dès le pied du tronc.

Les genévriers produisent des baies vertes (« galbules ») qui virent au bleu, au brun ou au noir à maturité.

Principales espèces

Histoire

 
Juniperus occidentalis var. australis.

Le genévrier était une plante appréciée des Grecs anciens et des Romains. Ces derniers utilisaient l'huile de cade, obtenue en chauffant le bois de genévrier : elle servait à la toilette des morts.

Dans l'Antiquité et au Moyen Âge, le genévrier était utilisé comme panacée, ses fumigations étaient réputées désinfectantes (notamment utilisées dans les rues pour combattre les épidémies depeste et de choléra) et le « vin de genièvre » avait des vertus diurétiques.

Une légende prétend que celui qui croquera chaque jour une baie de genévrier sera épargné par la maladie[réf. nécessaire].

Utilisation

Dans l'alimentation

Les tanins que les baies contiennent forment une épice appréciée par certains car elle facilite la digestion des gibiers et viandes grasses et relève la choucroute et le fumet de poisson.

Les baies entrent aussi dans la composition de l'alcool de genièvre, et dans celle du gin anglais et de l'aquavit.

En cuisine, les baies de genévrier écrasées entrent dans la composition des "rognons de veau à la liégeoise". Ajoutez également quelques baies lors de la cuisson de la choucroute, vous en affinerez ainsi le goût.

Propriétés médicinales

Seuls le genévrier commun (Juniperus communis) et le genévrier cade (Juniperus oxycedrus) sont comestibles.

Les baies, les jeunes pousses mais surtout les cônes, préparées en infusion, ont des effets diurétiques, stomachiques et digestifs. Ils auraient été utilisés contre l'asthme.

Plus qu'un traitement des digestions très difficiles et des gaz intestinaux, les baies de genièvre sont ajoutées préventivement lors de la préparation des plats un peu lourds afin de faciliter leur digestion.

Un usage excessif du genévrier peut provoquer des troubles rénaux, de ce fait il ne doit pas être utilisé en cours de grossesse.

Ennemis

Les papillons de nuit (hétérocères) suivants se nourrissent de genévrier :

Musée

À Hasselt en Belgique, il est possible de visiter le Musée national du genièvre.

  • Poids 100 gr
  • Conditionnement sachet

Son nom

« Genièvre » est une francisation du poitevin « genèvre », issu du latin juniperus. Comme aucune de mes incontournables sources ne semble savoir ce que signifie juniperus, il a bien fallu que je tire mes propres conclusions... Donc, Juni- viendrait peut-être de Junon, déesse-reine et déesse de la fécondité qui préside aux mariages et aux accouchements, protectrice, dit-on, des femmes mariées et des accouchements légitimes. On ne sera pas étonné, dès lors, d'apprendre que le genévrier a été employé pour faciliter le travail de l'accouchement. Quant au suffixe -perus, il pourrait venir depera, mot latin qui signifie « petit portefeuille », ou encore, « petite besace ». Pourquoi ce terme? Un euphémisme, peut-être, pour désigner le ventre de la femme enceinte, est-ce que je sais, moi? « Besace de Junon », c'est peut-être pas ça du tout, mais ça sonne joli, non?

Et ça se mange?

 

Les jeunes pousses tendres peuvent être ajoutées aux salades. Quant aux jeunes pousses séchées, elles constituent un excellent thé. Ce sont cependant les baies que l'on consomme généralement. Comme elles ont pour effet d'atténuer les saveurs fortes du gibier à poil ou à plumes, elles accompagnent depuis longtemps ces aliments. Avant de rôtir la viande, on la fait bouillir dans un bouillon auquel on a ajouté des feuilles de laurier, du citron et quatre à six baies de genièvre. Par ailleurs, pour rafraîchir l'haleine, il n'y a rien de mieux que de croquer une ou deux baies fraîchement cueillies. Leur saveur prononcée de conifère étonne tout d'abord, mais on s'y fait très rapidement.

En Europe, on fabrique une bière que l'on prépare en faisant germer de l'orge que l'on fait ensuite sécher au four et que l'on met à fermenter pendant une semaine avec des baies de genièvre. Les Amérindiens en faisaient également une boisson alcoolisée, sans apport d'orge toutefois. En outre, elles ont servi et servent encore à aromatiser divers alcools, le gin notamment, qui tire son nom de la plante, et le schiedam, une eau-de-vie que l'on consomme aux Pays-Bas, en Belgique et dans le nord de la France.

Traditionnellement, on prépare la choucroute avec les baies de genièvre, car elles étaient censées en faciliter la digestion. Dans Documents associés, vous trouverez une recette de choucroute maison.

Et ça soigne quoi?

 

Les indications thérapeutiques du genévrier sont nombreuses, ce qui n'est pas étonnant, car son emploi remonte à l'Égypte antique, voire avant, et il a persisté à travers les siècles sans jamais défaillir.

Les baies sont particulièrement utiles pour soigner l'arthrite, la goutte et toutes les maladies rhumatismales. D'ailleurs, à cet égard, la cure de genièvre est à l'automne ce que la cure de pissenlit est au printemps. Il s'agit d'un traitement fort connu en Europe. Il semblerait qu'à la longue, cette double cure ait pour effet d'augmenter la mobilité des membres ou des parties atteintes, et d'atténuer leur raideur tout en limitant le risque de formation de nouvelles lésions. Toutefois, le traitement n'est efficace que lorsqu'on lui reste fidèle et qu'on le suit année après année.

Le genévrier est en outre un bon tonique pour les enfants fragiles, sujets au mal de gorge et au rhume, en plus d'être un expectorant doux. Avec les baies, on fait traditionnellement un sirop qu'on peut leur administrer matin et soir.

Bon stomachique, il facilite la digestion des mets lourds, notamment les plats gras, le chou et les haricots.

On l'a également pris pour combattre le diabète et des études plus récentes semblent confirmer cette indication puisqu'on a observé qu'il abaissait les taux du glucose sanguin. Une action antiplaquettaire et vasorelaxante a en outre été observée à la suite de l'administration d'un des composés de l'huile essentielle d'une variété de genièvre.

Il faut toutefois éviter de prendre du genièvre durant la grossesse, car c'est un stimulant utérin. Par contre, comme on l'a dit plus haut, il facilite l'accouchement. On pourra donc le prendre sans crainte durant le travail.

Quelle que soit l'indication, on recommande généralement de se limiter à des cures de tout au plus six semaines, la plante étant, à long terme, un irritant rénal.

On prend les baies en infusion à raison de 20 g à 30 g par litre d'eau. Infuser dix minutes. Prendre trois tasses par jour. On peut aussi les moudre et les absorber avec de l'eau, à raison de cinq à dix baies par jour.

Jetez une bonne poignée de baies moulues dans l'eau chaude du bain. C'est supposé être génial pour soigner les rhumatismes. Pour renouveler l'air de la maison, faites brûler quelques baies dans une assiette métallique ou directement sur le rond du poêle, en veillant, naturellement, à ne pas mettre le feu à la chaumière.

Panier  

Aucun produit

0,00 € Expédition
0,00 € Total

Commander

Vos moyens de paiement

Nous vous offrons trois modes de règlement.
REGLEMENT PAR CARTE BANCAIRE et PAYPAL
paiement par carte bancaire

REGLEMENT PAR CHEQUE
paiement par chèque
PLUS D'INFORMATION >>

NOS PROMOTIONS


Port gratuit à partir de 45 euros d'achat.


10% de remise à partir de 100 Euros d'achat.

Nos autres boutiques


Pour ceux qui préfèrent
l’ancien site

www.compagnieduchampignonsylvestre.fr

Pour ceux qui préfèrent
le site anglais

www.theorganicmushroomcompany.com